Pélé Jeunes !

Pélé Jeunes !

Pélé Jeunes !

Pélé Jeunes !

Pélé Jeunes !

Pélé Jeunes !

Pélé Jeunes !

Pélé Jeunes !

Lourdes, un lieu privilégié

Après avoir assumé la responsabilité du Pélé Jeunes, je n’y ai plus participé pendant quelques années, parce que mon ministère ne m’en laissait pas la possibilité. Aussi ai-je retrouvé les jeunes, d’une part et Lourdes, d’autre part, avec beaucoup de joie. Lourdes est pour moi un lieu de foi, un lieu d’Église et un lieu de compassion dans la joie. La foi s’exprime par le fait même de venir en pèlerinage. La démarche de tant de gens est un signe de foi qui me touche.

C’est un lieu où on expérimente l’Église, peuple de baptisés en marche et son universalité : ça fait grandir mon amour de l’Église. Enfin c’est un lieu où on vit le service fraternel dans la joie, aussi bien auprès des malades, que des adultes et que des jeunes. J’ai retrouvé les jeunes avec leur enthousiasme, leurs questions, leur soif de croire, leur poids de vie et leur besoin d’être écoutés, entendus et accompagnés. Parmi toutes les propositions que leur fait le Pélé Jeunes, il y a le sacrement de réconciliation.

Les prêtres consacrent pendant la semaine des temps réguliers, d’écoute et de réconciliation pour que les jeunes puissent nommer ce qu’ils portent en eux, ce qui leur pèse en poids de souffrance humaine, de questionnements et de péché.
Mais puisque je crois que ce n’est pas le péché qui est originel, mais l’amour qui est originel, qui est premier, je leur propose de commencer la confession par exprimer des raisons de dire merci à Dieu.

Et là je suis souvent émerveillé devant ce qu’ils expriment, en termes de reconnaissance. Je suis toujours plus impressionné par les fardeaux que leur fait peser notre société, et il m’arrive parfois de ressentir la colère devant les poids trop lourds qu’ils ne devraient pas porter, si les adultes, que nous sommes, s’y prenaient autrement avec eux…

Lourdes est aussi un lieu privilégié où les jeunes s’interrogent sur le sens à donner à leur existence, et il n’est pas rare de les entendre évoquer un projet de vocation au mariage, à la vie religieuse ou au ministère presbytéral. C’est pour moi une grande joie, qui rejoint ma vie de prêtre, donné pour « aimer Jésus et le faire aimer » comme se plaît à le dire Thérèse de Lisieux.

C’est encore avec joie que j’accompagnerai les jeunes, cette année à Lourdes, où le « Notre Père » sera notre thème. Mais plus que des idées, nous essayerons de les faire entrer dans la relation avec le Celui que Jésus appelle « mon Père et votre Père ». C’est un cadeau pour nous les prêtres de les accompagner sur ce chemin.

C’est enfin un autre cadeau, que de travailler, en équipe avec les prêtres, les responsables, les animateurs qui se donnent sans compter pendant une semaine.

Père Laurent Lair (Responsable spirituel du Pélé jeunes)